Annexe aux comptes semestriels

1 Activité

BKW SA, Berne (CH), constitue, conjointement avec les sociétés du groupe (ci-après dénommées BKW ou le groupe BKW), une entreprise spécialisée dans l’énergie et les infrastructures présente à l’international. L’entreprise propose à sa clientèle des solutions globales en s’appuyant sur son réseau de sociétés et de compétences. Nous planifions, construisons et exploitons des infrastructures de production d’énergie et d’approvisionnement pour les entreprises, les particuliers et le secteur public et proposons des modèles commerciaux numériques dans le domaine des énergies renouvelables. Le portefeuille de prestations du groupe BKW va de la planification et du conseil en ingénierie pour des projets liés à l’énergie, à l’infrastructure et à l’environnement, jusqu’à la construction, les prestations de service et la maintenance de réseaux d’énergie, de télécommunication, de transport et d’eau en passant par des offres intégrées dans le domaine de la technique du bâtiment.

2 Principes de la présentation des comptes

2.1 Principes généraux

Les comptes semestriels consolidés non révisés arrêtés au 30 juin 2019 ont été établis conformément à la norme comptable internationale applicable aux comptes intermédiaires (IAS 34) et doivent être mis en relation avec les comptes du groupe arrêtés au 31 décembre 2018. Les ­présents comptes semestriels s’appuient sur les principes énoncés dans le rapport financier 2018 (pages 23 à 41). Lors de sa séance du 29 août 2019, le conseil d’administration de BKW SA a approuvé les comptes semestriels consolidés arrêtés au 30 juin 2019, ainsi que leur publication.

Le présent rapport intermédiaire a exigé la formulation d’hypothèses et d’estimations. Les ­résultats effectivement enregistrés peuvent différer de ces estimations.

2.2 Application des nouvelles normes et interprétations

A partir du 1er janvier 2019, BKW appliquera différentes normes et interprétations nouvelles et révisées qui, à l’exception des modifications détaillées à la note 3 concernant la nouvelle norme IFRS 16 sur les contrats de location, n’ont pas d’incidence majeure sur la situation financière, le patrimoine et les résultats de BKW.

2.3 Application des nouvelles normes et interprétations à l’avenir

Bien que publiées à la date du bilan, les normes et les interprétations (nouvelles ou révisées) ci-dessous ne seront applicables que pour les exercices ultérieurs. BKW prévoit d’appliquer les modifications à compter de la date respective d’entrée en vigueur (entrée en vigueur pour les exercices qui commencent à la date indiquée entre parenthèses ou après):

Ces modifications ne devraient pas avoir d’incidences majeures sur les états financiers consolidés de BKW.

2.4 Cours des monnaies étrangères

Le rapport est établi en francs suisses (CHF). Les cours des monnaies étrangères par rapport au franc suisse utilisés pour l’établissement des comptes du groupe sont les suivants:

Cours de change au 31.12.2018

Cours de change au 30.06.2019

Moyenne 1er semestre 2018

Moyenne 1er semestre 2019

EUR/CHF

1,1269

1,1105

1,1698

1,1296

3 Modifications des principes de présentation des comptes

La première application de la norme IFRS 16 a eu un impact significatif sur les comptes semestriels consolidés. Les paragraphes ci-dessous décrivent en détail les effets de la norme IFRS 16, ainsi que les principes comptables et d’évaluation nouvellement ou différemment applicables depuis le 1er janvier 2019.

IFRS 16 – «Contrats de location»

La norme IFRS 16 modifie les prescriptions relatives à l’inscription au bilan des contrats de location et remplace l’ancienne norme IAS 17 ainsi que les interprétations associées. La norme prévoit pour le preneur de location un modèle de comptabilisation exigeant l’inscription au bilan de presque tous les actifs (droit d’utilisation sur l’actif loué) et des dettes résultant de contrats de location. La ­distinction entre les contrats de location simple et de location-financement disparaît pour le ­preneur de location. Le droit d’utilisation est amorti de manière linéaire sur la durée la plus courte entre la durée du contrat de location et la durée de vie économique de l’actif loué comptabilisée. La dette au titre de la location est reprise selon la méthode du taux d’intérêt effectif et en tenant compte des paiements au titre de la location. L’actualisation de la valeur de la dette au titre de la location est calculée sur la base de taux marginaux d’endettement adaptés à la période et au pays, sauf si le taux implicite des paiements au titre de la location est connu. Dans les flux de trésorerie, la part de l’amortissement résultant des nouveaux contrats de location inscrits au bilan diminue le cash-flow résultant de l’activité de financement. Auparavant, les paiements liés à des contrats de location simple réduisaient le cash-flow résultant de l’activité d’exploitation. Les paiements d’intérêts continuent d’être comptabilisés comme cash-flow ­résultant de l’activité de financement.

L’inscription au bilan du bailleur correspond pour l’essentiel aux anciennes prescriptions de la norme IAS 17. La classification en contrat de location simple et contrat de location-financement est maintenue pour le bailleur en fonction de la répartition des opportunités et des risques résultant de l’actif.

La première application de la norme IFRS 16 est intervenue selon l’approche rétrospective ­modifiée, tel que prévu par les dispositions transitoires. Les chiffres comparatifs pour l’exercice 2018 n’ont pas été modifiés.

Dans le cadre de l’application du droit d’option prévu par la norme, il n’a pas été vérifié, pour les contrats de location conclus avant la date du changement, si un contrat constituait ou contenait un contrat de location à la date de la première application, mais on a maintenu l’ancienne estimation selon les normes IAS 17 et IFRIC 4. En outre, BKW a eu recours aux simplifications concernant les contrats de location à court terme et de faible valeur. Les paiements au titre de contrats de location d’une durée inférieure ou égale à un an et ceux au titre de contrats de location dont l’actif sous-jacent est de faible valeur seront, comme le permet le droit d’option, comptabilisés en tant que charge sur une base linéaire sur la durée du contrat de location. A la date de la ­première application, les contrats de location expirant le 1er janvier 2020 ont été classés comme des contrats de location à court terme, quelle que soit leur date de prise d’effet.

Dans le cadre du passage à la norme IFRS 16, les actifs des droits d’utilisation afférents à des objets de contrats de location d’un montant de 139,7 millions de CHF (poste au bilan «Immobilisations corporelles») et les dettes au titre de contrats de location (poste au bilan «Engagements financiers») seront saisis avec le même montant à partir du 1er janvier 2019. Le changement n’avait pas d’incidence sur les fonds propres au 1er janvier 2019.

Les dettes au titre de contrats de location simple au 31 décembre 2018 permettent de déter­miner le solde d’ouverture suivant des dettes au titre de contrats de location au 1er janvier 2019:

en millions de CHF

Dettes découlant de contrats de location simple au 31.12.2018

82,0

Paiements minimaux (valeur nominale) des dettes découlant de la location-financement au 31.12.2018

36,6

Simplification de l’application pour les contrats de location à court terme

-2,0

Simplification de l’application pour les contrats de location avec actifs de faible valeur

-1,5

Options de prolongation et de résiliation suffisamment sûres

79,1

Valeur nominale des dettes au titre de contrats de location au 01.01.2019

194,2

Déduction des intérêts non courus

-24,1

Valeur actuelle des dettes au titre de contrats de location au 01.01.2019

170,1

Valeur actuelle des dettes découlant de la location-financement au 31.12.2018

-30,4

Dettes supplémentaires au titre de contrats de location comptabilisées du fait de la première application de la norme IFRS 16 au 01.01.2019

139,7

Les dettes supplémentaires au titre de contrats de location comptabilisées sur la base du taux de rendement marginal des fonds étrangers ont été actualisées au 1er janvier 2019. Le taux d’intérêt moyen pondéré s’élevait à 2,3 %.

Les paiements issus des contrats de location opérationnels en cours ne seront plus saisis dans le poste «Autres charges d’exploitation». Il en a résulté un allègement des charges inscrites au résultat d’exploitation avant amortissements et dépréciations de 12,1 millions de CHF. En revanche, des amortissements d’une grandeur analogue ont été effectués sur les nouveaux droits d’utilisation, de sorte qu’il en résulte un effet limité au niveau du résultat d’exploitation.

Au 30 juin 2019, le bilan présentait les droits d’utilisation et les engagements financiers résultant de contrat de location suivants:

en millions de CHF

30.06.2019

Actif immobilisé

Droit d’utilisation

Centrales

64,6

Installations de distribution

5,3

Bâtiments et terrains

124,7

dont loyers fonciers pour parcs éoliens

40,7

Autres immobilisations corporelles

4,2

Total

198,8

Engagements financiers

Dettes à court terme au titre de contrats de location

27,9

Dettes à long terme au titre de contrats de location

133,0

Total

160,9

4 Regroupements d’entreprises

Regroupements d’entreprises au 1er semestre 2019

en millions de CHF

Divers

Liquidités

5,8

Créances résultant de ventes et de prestations

7,7

Autre actif circulant

5,9

Immobilisations financières

1,6

Immobilisations corporelles

7,3

Actifs incorporels

5,1

Impôts différés actifs

0,4

Engagements à court terme

-10,7

Engagements financiers à long terme

-4,9

Provisions à long terme

-0,4

Impôts différés passifs

-1,5

Engagement de prévoyance du personnel

-5,2

Juste valeur des actifs nets

11,0

Goodwill

31,3

Prix d’achat

42,3

Liquidités acquises

-5,8

Engagements différés et conditionnels liés au prix d’acquisition

-8,3

Engagements différés et inconditionnels liés au prix d’acquisition

-3,2

Sorties de trésorerie

25,0

L’allocation des prix d’acquisition n’étant pas encore achevée, les montants indiqués pour les transactions représentées sont provisoires.

Au cours du premier semestre 2019, BKW a procédé aux acquisitions listées ci-dessous. Toutes les sociétés ainsi reprises sont affectées au segment Prestations. En raison du nombre d’acqui­sitions, de leurs chiffres financiers clés et de leur affectation au même segment, les montants sont additionnés et les regroupements d’entreprises ne sont pas présentés séparément.

Dans le domaine de l’ingénierie en Allemagne, BKW a acquis respectivement 100 % des actions de l’Institut Gauer GmbH et de Dr.-Ing. Gauer Ingenieurgesellschaft mbH, ainsi que 100 % des actions de KMT Planungsgesellschaft mbH et de KMT Port Consult GmbH. Elle a également repris Hascher Jehle Architektur.

Dans le domaine Building Solutions en Suisse, BKW a acquis respectivement 100 % des actions de WAB Technique S.à.r.l., Jaggi & Rieder AG, TECPLAN AG, Hensel AG Elektrotechnische Unter­nehmungen et ASAG Air System AG.

Ces transactions ont généré un goodwill total de 31,3 millions de CHF. Les principales raisons du goodwill sont les synergies attendues à l’avenir et la reprise de collaborateurs qualifiés. Il n’y a pas eu de corrections de valeur substantielles sur les créances résultant de ventes et de prestations.

Les obligations conditionnelles au prix d’acquisition saisies à la date de l’acquisition dépendront de la future évolution commerciale des entreprises. Les frais de transaction se sont montés à 0,5 million de CHF.

Si l’acquisition avait été effective à compter du 1er janvier 2019, BKW aurait clôturé le premier semestre 2019 avec une prestation globale affichant 11,1 millions de CHF de plus et un bénéfice net supplémentaire de 0,2 million de CHF.

Entre la date de leur intégration globale et le 30 juin 2019, les différentes entreprises acquises ont généré une prestation globale cumulée de 10,4 millions de CHF et un bénéfice net total de 0,4 million de CHF.

Des engagements conditionnels liés au prix d’acquisition à hauteur de 10,1 millions de CHF et des engagements inconditionnels liés au prix d’acquisition d’un montant de 3,1 millions de CHF ont été versés au cours du premier semestre 2019 au titre des acquisitions des années précédentes.

Regroupements d’entreprises au 1er semestre 2018

en millions de CHF

Divers

Liquidités

5,4

Créances résultant de ventes et de prestations

5,4

Autre actif circulant

5,8

Immobilisations financières

0,2

Immobilisations corporelles

1,6

Actifs incorporels

16,1

Impôts différés actifs

0,0

Engagements à court terme

-7,2

Engagements financiers à long terme

-0,4

Provisions à long terme

-0,5

Impôts différés passifs

-3,1

Engagement de prévoyance du personnel

-1,8

Autres engagements à long terme

0,0

Juste valeur des actifs nets

21,5

Participations ne donnant pas le contrôle

-0,1

Juste valeur des participations existantes

0,0

Goodwill

41,8

Prix d’achat

63,2

Liquidités acquises

-5,4

Engagements différés et conditionnels liés au prix d’acquisition

-13,4

Engagements différés et inconditionnels liés au prix d’acquisition

-3,8

Sorties de trésorerie

40,6

Toutes les transactions n’étant pas encore achevées, les montants indiqués l’année précédente étaient provisoires. C’est chose faite aujourd’hui et l’allocation des prix d’acquisition définitifs ne présente qu’un écart de valeur limité.

Au cours du premier semestre 2018, BKW avait procédé aux acquisitions listées ci-dessous. Toutes les sociétés ainsi reprises sont affectées au segment Prestations. En raison du nombre d’acqui­sitions, de leurs chiffres financiers clés et de leur affectation au même segment, les montants sont additionnés et les regroupements d’entreprises ne sont pas présentés séparément.

Dans le domaine de l’ingénierie des infrastructures en Allemagne, BKW a acquis respectivement 90 % des parts de Michael Thillmann GmbH et de KHP Architekten Planungsgesellschaft mbH ainsi que 100 % des parts de Kulla, Herr + Partner GbR, WALD + CORBE GmbH & Co. KG, WALD + CORBE Consulting GmbH et WALD + CORBE Infrastrukturplanung GmbH. Elle a également repris l’entreprise Podufal-Wiehofsky Architektin und beratender Ingenieur PartmbB.

Dans le domaine de la technique du bâtiment, les entreprises d’installation électrique Michel Rime SA, Elektro Winter AG et Werner Electro AG ont été acquises en Suisse.

L’entreprise allemande TSS Technischer Strahlenschutz e. K. a été rachetée et intégrée à l’entreprise DfN Dienstleistungen für Nukleartechnik GmbH.

Ces transactions ont généré un goodwill total de 41,8 millions de CHF. Les principales raisons du goodwill sont les synergies attendues à l’avenir et la reprise des collaborateurs qualifiés. Les créances résultant de ventes et de prestations n’ont impliqué aucune correction de valeur significative.

Les obligations conditionnelles au prix d’acquisition saisies à la date de l’acquisition dépendront de la future évolution commerciale des entreprises. Les frais de transaction se sont montés à 0,5 million de CHF.

Si l’acquisition avait été effective à compter du 1er janvier 2018, BKW aurait clôturé le premier semestre 2018 avec une prestation globale affichant 6,3 millions de CHF de plus et un bénéfice net affichant 1,3 million de CHF de plus. Entre la date de leur intégration globale et le samedi 30 juin 2018, les différentes entreprises acquises ont généré une prestation globale cumulée de 14,2 millions de CHF et un bénéfice net total de 0,5 million de CHF

Des engagements conditionnels liés au prix d’acquisition à hauteur de 3,6 millions de CHF et des engagements inconditionnels liés au prix d’acquisition d’un montant de 4,6 millions de CHF ont été versés au cours du premier semestre 2018 au titre des acquisitions des années précédentes.

5 Saisonnalité et fluctuation de l’activité au cours de l’année

Par expérience, on sait que le chiffre d’affaires généré par les activités de prestations est soumis à des fluctuations saisonnières. Les activités commerciales sont généralement plus importantes au deuxième semestre.

6 Informations sur les segments

La définition des segments et des résultats des segments s’effectue sur la base de la conduite entrepreneuriale. Conformément à la stratégie, le reporting de BKW est désormais établi en fonction des domaines d’activité Energie, Réseaux et Prestations.

BKW compte trois segments devant faire l’objet d’un rapport:

La colonne «Autres» comprend les secteurs dirigés de manière centralisée par le groupe. Il s’agit surtout de services centraux, de l’immobilier, de la gestion des véhicules et des achats. Les coûts liés au développement des domaines d’activité (coûts d’acquisition/intégration, coûts de développement technologique, etc.) sont supportés pour partie de manière centralisée.

Pour la présentation des informations sur les segments, les principes de comptabilisation et d’évaluation sont les mêmes que ceux qui s’appliquent à la présentation des chiffres consolidés à l’échelle du groupe. Les prix des transactions internes au groupe sont basés sur le prix du ­marché au moment de la conclusion de la transaction.

Informations par segment

1er semestre 2019 en millions de CHF

Energie

Réseaux

Prestations

Autres

Consoli- dation

Total

Chiffre d’affaires extérieur

658,6

261,5

425,0

10,0

15,1

1 370,2

Chiffre d’affaires net

639,3

244,1

416,3

0,1

1 299,8

Prestations propres activées

2,5

15,6

0,1

0,6

15,1

33,9

Autres produits d’exploitation

16,8

1,8

8,6

9,3

0,0

36,5

Chiffre d’affaires intérieur

13,7

3,8

50,0

69,0

-136,5

0,0

Chiffre d’affaires net

8,5

0,4

41,4

-50,3

0,0

Autres produits d’exploitation

5,2

3,4

8,6

69,0

-86,2

0,0

Prestation globale

672,3

265,3

475,0

79,0

-121,4

1 370,2

Charges d’exploitation

-522,7

-144,8

-429,5

-88,9

119,0

-1 066,9

Résultat d’exploitation avant amortissements et dépréciations

149,6

120,5

45,5

-9,9

-2,4

303,3

Amortissements et dépréciations

-51,1

-40,8

-21,6

-11,5

1,4

-123,6

Résultat des sociétés associées

16,0

11,6

0,0

0,1

27,7

Résultat d’exploitation

114,5

91,3

23,9

-21,3

-1,0

207,4

Résultat financier

41,5

Résultat avant impôts sur le bénéfice

248,9

Suisse

Etranger

Suisse

Etranger

en millions de CHF

1er semestre 2018

1er semestre 2018

1er semestre 2019

1er semestre 2019

Energie

396,4

230,0

364,2

275,1

Réseaux

250,7

0,0

244,1

0,0

Prestations

258,2

81,8

295,9

120,4

Autres

0,4

0,0

0,1

0,0

Total chiffre d’affaires net

905,7

311,8

904,3

395,5

1er semestre 2018 en millions de CHF

Energie

Réseaux

Prestations

Autres

Consoli- dation

Total

Chiffre d’affaires extérieur

633,2

269,7

350,5

14,0

13,8

1 281,2

Chiffre d’affaires net

626,4

250,7

340,0

0,4

1 217,5

Prestations propres activées

1,2

15,4

1,3

13,8

31,7

Autres produits d’exploitation

5,6

3,6

10,5

12,3

32,0

Chiffre d’affaires intérieur

14,1

9,5

44,5

59,5

-127,6

0,0

Chiffre d’affaires net

7,6

0,5

39,1

-47,2

0,0

Autres produits d’exploitation

6,5

9,0

5,4

59,5

-80,4

0,0

Prestation globale

647,3

279,2

395,0

73,5

-113,8

1 281,2

Charges d’exploitation

-553,2

-146,5

-364,6

-31,4

111,5

-984,2

Résultat d’exploitation avant amortissements et dépréciations

94,1

132,7

30,4

42,1

-2,3

297,0

Amortissements et dépréciations

-38,7

-42,1

-11,9

-9,1

1,3

-100,5

Résultat des sociétés associées

16,8

11,7

-1,4

27,1

Résultat d’exploitation

72,2

102,3

18,5

31,6

-1,0

223,6

Résultat financier

-56,1

Résultat avant impôts sur le bénéfice

167,5

7 Approvisionnement/transport d’énergie

en millions de CHF

1er semestre 2018

1er semestre 2019

Coûts d’approvisionnement en énergie des tiers et des sociétés associées

423,3

394,3

Provision pour les contrats d’approvisionnement en énergie défavorables

Utilisation

-19,9

-17,9

Constitution

0,0

0,0

Annulation

-3,9

-3,9

Total des charges d’approvisionnement en énergie

399,5

372,5

Charges du transport d’énergie

51,3

52,1

Total

450,8

424,6

8 Résultat financier

en millions de CHF

1er semestre 2018

1er semestre 2019

Produit des intérêts

3,1

3,1

Produit des dividendes

0,1

0,1

Ajustements de valeur sur fonds d’Etat

0,0

94,4

Plus-values sur la vente d’immobilisations financières

0,0

0,5

Bénéfices nets sur actifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du résultat net

0,0

0,7

Change

1,4

0,0

Autres produits financiers

1,5

0,8

Produits financiers

6,1

99,6

Charges d’intérêt

-24,9

-24,0

Intérêts des provisions

-31,6

-30,8

Ajustements de valeur sur fonds d’Etat

-2,3

0,0

Moins-values sur la vente d’immobilisations financières

-0,5

-0,1

Pertes nettes sur actifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du résultat net

-0,8

0,0

Change

0,0

-0,7

Autres charges financières

-2,1

-2,5

Charges financières

-62,2

-58,1

Résultat financier

-56,1

41,5

9 Dividendes

Conformément à la décision de l’assemblée générale de BKW SA qui s’est tenue le vendredi 24 mai 2019, un dividende de 1,80 CHF par action a été versé pour l’exercice 2018 (1,80 CHF ­l’année précédente).

10 Prévoyance en faveur du personnel

Les collaborateurs du groupe BKW travaillant en Suisse sont assurés dans leur grande majorité auprès de la caisse de pension BKW. Fin avril 2018, le conseil de fondation de la caisse de pension avait décidé d’un changement de primauté afin de renforcer et d’améliorer la stabilité financière à long terme. A compter du 1er janvier 2019, l’actuelle primauté des prestations a laissé la place à la primauté des contributions en vertu de la loi suisse sur la prévoyance professionnelle (LPP).

Cette transformation s’est traduite dans les comptes semestriels 2018 par un facteur extra­ordinaire unique de 52,4 millions de CHF, sans impact sur la trésorerie. Les charges d’exploitation du premier semestre 2018 ont diminué de ce montant. Cet effet exceptionnel était le résultat de la nouvelle obligation de prévoyance fondée sur la primauté des cotisations, qui est intrinsèquement inférieure à celle liée à la primauté des prestations. A partir de 2019, les charges courantes des services rendus deviennent légèrement plus faibles qu’auparavant du fait du changement de primauté.

11 Actifs et dettes évalués à leur juste valeur

Les actifs et dettes évalués à leur juste valeur font l’objet d’un classement hiérarchique en vue de la procédure d’évaluation. Le classement est basé sur les principes décrits à la page 86 du ­rapport financier 2018, qui restent inchangés. Comme pendant la période de référence, aucun transfert entre les niveaux n’a eu lieu pendant la période sous revue.

en millions de CHF

Valeurs comptables 30.06.2019

Niveau 1

Niveau 2

Niveau 3

Juste valeur avec incidence sur le compte de pertes et profits

Immobilisations financières à court terme

Instruments de dette

73,6

43,8

29,8

Stocks

Certificats (négoce en compte propre)

13,7

13,7

Produits dérivés (à court et long termes)

149,6

149,6

Immobilisations financières à long terme

Créances envers les fonds d’Etat

1 250,5

1 250,5

Actifs financiers évalués à la juste valeur avec incidence sur les autres éléments du résultat

Immobilisations financières à long terme

Instruments de fonds propres

7,3

7,3

Passifs financiers évalués à leur juste valeur

Produits dérivés (à court et long termes)

144,9

144,9

Autres engagements financiers

Obligations conditionnelles du prix d’acquisition

53,2

53,2

Engagements à l’égard des participations ne donnant pas le contrôle

6,5

6,5

Engagements également évalués à leur juste valeur au 30 juin 2019 à hauteur de 110,2 millions de CHF (31 décembre 2018: 111,8 millions de CHF) comme faisant partie d’une relation de couverture de juste valeur (niveau 2).

en millions de CHF

Valeurs comptables 31.12.2018

Niveau 1

Niveau 2

Niveau 3

Juste valeur avec incidence sur le compte de pertes et profits

Immobilisations financières à court terme

Instruments de dette

136,9

106,9

30,0

Stocks

Certificats (négoce en compte propre)

0,7

0,7

Produits dérivés (à court et long termes)

233,1

233,1

Immobilisations financières à long terme

Créances envers les fonds d’Etat

1 169,8

1 169,8

Actifs financiers évalués à la juste valeur avec incidence sur les autres éléments du résultat

Immobilisations financières à long terme

Instruments de fonds propres

7,4

7,4

Passifs financiers évalués à leur juste valeur

Produits dérivés (à court et long termes)

245,4

245,4

Autres engagements financiers

Obligations conditionnelles du prix d’acquisition

56,8

56,8

Engagements à l’égard des participations ne donnant pas le contrôle

8,1

8,1

Les valeurs patrimoniales et les engagements évalués à leur juste valeur du niveau 3 ont ­enregistré les variations suivantes au cours du premier semestre 2019:

Instruments de fonds propres

Engagements conditionnels du prix d’acquisition

Engagements à l’égard de participations ne donnant pas le contrôle

en millions de CHF

1er semestre 2018

1er semestre 2019

1er semestre 2018

1er semestre 2019

1er semestre 2018

1er semestre 2019

Etat au 01.01

8,6

7,4

41,4

56,8

11,7

8,1

Entrées

0,1

0,2

13,4

8,3

Sorties

0,0

-0,3

-3,6

-8,8

-1,5

Ajustements de valeur

Réalisations portées au compte de pertes et profits

-6,7

-2,6

Ajustement de valeur saisi dans les autres éléments du résultat global

-0,4

0,0

-0,2

-0,5

0,0

-0,1

Etat au 30.06.

8,3

7,3

44,3

53,2

11,7

6,5

12 Actifs et passifs financiers inscrits à leur valeur d’acquisition selon la méthode du coût amorti

Les actifs financiers présentent des justes valeurs proches de leurs valeurs comptables.

En raison des faibles durées résiduelles, les engagements financiers inscrits à leur valeur d’acquisition selon la méthode du coût amorti au taux d’intérêt effectif présentent des justes valeurs proches de leurs valeurs comptables. La différence entre ces valeurs réside dans les emprunts obligataires repris dans les engagements financiers. Le cours boursier des emprunts (niveau de hiérarchie de juste valeur 1) était de 1 140,4 millions de CHF à la date de référence, la valeur comptable de 1 042,5 millions de CHF. Le 31 décembre 2018, le cours boursier correspondant était de 1 118,9 millions de CHF et la valeur comptable de 1 043,4 millions de CHF.

13 Informations supplémentaires concernant les flux de trésorerie

en millions de CHF

31.12.2018

30.06.2019

Avoirs bancaires et avoirs en caisse

602,9

699,6

Dépôts à terme

214,5

99,9

Total liquidités

817,4

799,5

en millions de CHF

30.06.2018

30.06.2019

Amortissements et dépréciations

100,5

123,6

Résultat des sociétés associées

-27,1

-27,7

Résultat financier

56,1

-41,5

Bénéfices/pertes sur la cession d’actifs immobilisés

-5,3

1,6

Variation des provisions à long terme (hors intérêts et hors utilisation des provisions nucléaires)

-23,8

-21,2

Taux de dissolution des droits d’utilisation cédés

-5,4

-5,9

Variation résultant de l’évaluation de dérivés énergétiques

9,4

-17,8

Autres positions sans incidence sur les flux de trésorerie

-53,2

8,3

Ajustement total des transactions sans incidence sur les liquidités

51,2

19,4

Total intermédiaire du «Cash-flow résultant de l’activité d’exploitation avant utilisation des provisions pour désaffectation et gestion des déchets radioactifs»

Pour garantir une meilleure interprétabilité et comparabilité des flux de trésorerie opérationnels réels, un total intermédiaire du cash-flow avant utilisation des provisions pour désaffectation et gestion des déchets radioactifs figure désormais dans le «Cash-flow résultant de l’activité d’exploitation».

La raison d’être de cette décision est que, dans le cadre de la mise hors service de la centrale nucléaire de Mühleberg, des coûts ont non seulement déjà été engagés pour la désaffectation et la gestion des déchets radioactifs, mais d’autres le seront aussi à l’avenir. Ces coûts constituent des utilisations de provisions existantes et grèvent donc le «Cash-flow résultant de l’activité d’exploitation» établi selon la norme IAS 7. Le démantèlement nucléaire n’est cependant pas lié à la propre activité d’exploitation de BKW et le «Cash-flow résultant de l’activité d’exploitation» indiqué n’est donc pas une valeur adaptée pour évaluer le cash-flow résultant de l’activité ­d’exploitation généré.

En outre, la majeure partie des coûts de la désaffectation et de la gestion des déchets radioactifs est supportée par les fonds de désaffectation et de gestion des déchets radioactifs de l’Etat. Par conséquent, BKW a droit au remboursement des frais engagés, étant précisé toutefois que l’engagement des coûts et leur remboursement interviennent à des dates distinctes. Les paiements et les remboursements provenant des fonds d’Etat doivent être classés dans les flux de trésorerie comme faisant partie du «Cash-flow résultant de l’activité d’investissement». Il existe donc un écart dans la présentation de ces flux de trésorerie directement liés entre eux. Pour une bonne interprétation des flux de trésorerie, les postes correspondants, présentés individuellement dans le tableau des flux de trésorerie, doivent être considérés ensemble. C’est la raison pour laquelle les utilisations de provisions avec et sans droit de remboursement seront désormais présentées distinctement dans le «Cash-flow résultant de l’activité d’exploitation».

14 Evénements postérieurs à la date de clôture du bilan

Green bond

En tant que première entreprise suisse cotée en bourse, BKW a lancé un green bond en juillet. L’obligation verte a suscité un vif intérêt chez les investisseurs et donné lieu à de nombreuses souscriptions. Le green bond prioritaire à revenu fixe de 200 millions de CHF a un coupon de 0,25 % et une durée de vie de huit ans. La libération de l’obligation a eu lieu le 29 juillet 2019. Avec ces fonds, BKW refinance la construction de diverses micro-centrales hydroélectriques suisses et d’installations éoliennes en Norvège et en France. L’emprunt est coté au SIX Swiss Exchange.

Les obligations à 3,375 % de plus de 350 millions de CHF sont arrivées à échéance et ont été ­remboursées en même temps.

Haut de page
Ce site et ses outils tiers utilisent des cookies nécessaires à leur fonctionnement et aux fins énoncées dans la politique en matière de cookies. En fermant cette bannière, en parcourant cette page, en cliquant sur un lien ou en poursuivant la navigation d’une autre manière, vous acceptez l’utilisation des cookies.